Humeur vagabonde : John Irving avec John Irving (radio – France Inter) | LibrAIRie BrillatSavarin.be
Qui va là !

Member Login

Lost your password?

Humeur vagabonde : John Irving avec John Irving (radio – France Inter)

26 janvier 2011
By
Ré-écouter l’émission ici

Pour « Dernière nuit à Twisted River » Le Seuil

Traduction de Josée Kamoun

Ceux qui le lisent depuis 1980 et « Le monde selon Garp » savent bien que chez John Irving humour et mélancolie sont indissociables, tout comme reviennent, de façon obsessionnelle, la quête du père, la peur de la mort d’un enfant, et le retour à la vie après la perte qui frappe inexorablement l’un ou l’autre de ses personnages : perte d’une main, d’une jambe, ou de l’être aimé. Sans oublier l’ours, vrai ou imaginaire, qu’il leur faut généralement affronter. Treize romans, tous parus au Seuil, rarement moins de 600 pages, pleins de récits qui s’entrecroisent, de personnages reliés entre eux par des douleurs, des amours, qui se perdent et se retrouvent au fil d’un récit agencé comme une mécanique de précision. Avec, en toile de fond, la peinture de l’Amérique des quarante dernières années.

Le quatorzième roman de John Irving, « Dernière nuit à Twisted River » vient de paraître dans une traduction de Josée Kamoun. Il démarre en 1954 dans un bled perdu du Nord du New Hampshire, dans un campement de bûcherons où vivent Dominic Baciagalupo, italien d’origine et cuisinier plutôt doué de son état, et son jeune fils Danny qui adore les histoires et les livres. Il se terminera en 2005 dans une île perdue de l’Ontario, et c’est Danny, devenu écrivain qui y écrira le récit de leur cavale de cinquante ans de Boston au Canada et du Vermont à l’Ontario, pourchassés par un shérif alcoolique décidé à tuer son père. Entre temps il y aura eu des ours, des femmes, un enfant, une parachutiste nue, la guerre du Viet Nam, et l’éblouissement de la naissance de l’écriture dans la cuisine d’une pizzeria.

Interprète : Xavier Combe.



Le reportage

photoAurélie Charon :

Comment naît l’écriture ? Histoires de transmission avec Antoine Audouard, dans son cours d’écriture créative à Sciences Po.

Son prochain livre « Le Rendez vous de Saigon » en librairie le 25 mars 2011, explore les filiations souterraines entre différentes générations, de son grand père à ses fils.


programmation musicale

  • > CW Stoneking : Brave son of America
  • > Louis Chedid : On ne dit jamais assez aux gens qu’on aime qu’on les aime
  • > Julie London : Black Coffe

.

Prix Belgique : 22.80€ .

Commandez ce livre et passez les chercher plus tard (remise 5%)…
ou faites vous livrer gratuitement dans le quartier de l’ULB (pas de remise).
Livraison au delà du quartier possible moyennant frais de port.

Votre email (obligatoire)

Titre de la revue ou du livre ou sujet (obligatoire)

Votre message

captcha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-16943595-1